Petite histoire de l’objet publicitaire

Qu’il s’agisse d’un stylo, d’un tee-shirt, d’un cendrier, d’un pin’s, d’un verre, d’une carafe ou d’une clé USB, on a tous un jour ou l’autre reçu ou offert un objet publicitaire. Mais connaissez-vous son histoire ?

Le premier objet publicitaire aurait été initié au XVIIIe par Josiah Brown, manufacturier britannique de cigares, qui proposait à ses clients des anneaux de cigares personnalisés pour leur souhaiter une bonne année. C’est cependant au XIXe siècle que la communication par l’objet prend véritablement son essor avec l’avènement de la société industrielle.

Le premier stylo publicitaire daterait lui de 1918, lorsqu’un industriel découvrit que les cartouches de fusil s’adaptaient parfaitement à la forme d’un crayon. Il eut alors l’idée de les transformer en cartouches d’encre, et y inscrivit le nom de ses clients. A noter que les boites d’allumettes furent également un support publicitaire très en vogue à cette époque.

Depuis, de nombreuses marques ont su fidéliser leur clientèle en partie grâce à ces objets, dont certains sont devenus cultes. Ainsi, après la seconde guerre mondiale, les boites métalliques Banania que le client gagne en collectionnant des bons d’achat, ou dans les années 50 les fameux cadeaux Bonux que l’on trouvait dans les barils de lessive !

L’arrivée du plastique dans les années 60 va véritablement révolutionner le monde de l’objet promotionnel, permettant la reproduction en masse de petits objets parmi lesquels les porte-clefs. A partir des années 80, les supports vont se multiplier : tee-shirts, magnets, mais également les pin’s, dont la distribution lors de l’édition 1987 du tournoi de Roland-Garros en fera un véritable phénomène de mode au début des années 90.

Pour certains, les objets publicitaires sont une passion, au point d’en faire collection. On les appelle alors des publiphilistes, ou collectionneurs d’objets promotionnels. Et si ces objets font partie de notre quotidien, nombre d’entre eux sont aujourd’hui particulièrement recherchés, et donc cotés. Ainsi peut-être en fouillant dans vos placards trouverez-vous un trésor !